Les Projets

 

Présentation officielle de l’Année croisée France-Russie 2010

 

I- Présentation officielle de l’année croisée France-Russie :

 Les relations entre la France et la Russie ont été régulièrement rythmées de rendez-vous privilégiés, où s’exprimait le désir de mieux se connaître, de dialoguer plus intensément, de développer ensemble de nouveaux projets, ceci dans les domaines les plus variés. Que l’on songe notamment à la belle saga des Ballets russes de Diaghilev, à partir de 1909, au voyage du Général de Gaulle en Russie en 1966, qui permit le lancement de coopérations concrètes aux effets perceptibles jusqu’à aujourd’hui, ou bien encore à l’exposition Paris-Moscou, en 1979, qui vit des centaines de milliers de visiteurs redécouvrir la vitalité de la création et des échanges artistiques entre la France et la Russie de 1900 à 1930.

Voici aujourd’hui près de vingt ans que les barrières qui avaient divisé l’Europe et le monde au XXe siècle se sont effondrées, emportées par le désir des peuples de pouvoir penser, s’exprimer et agir en toute liberté. Ce moment historique s’est accompagné entre Français et Russes d’un mouvement de découverte réciproque particulièrement fécond qu’a illustré entre autres la découverte en France des maîtres du théâtre russe,

invités en nombre au festival d’Avignon en 1997, la création des Collèges universitaires français de Moscou et de Saint-Pétersbourg en 1991-1992 à l’initiative d’Andrei Sakharov et de Marek Halter, ou encore la vague d’artistes français qui se sont alors rendu en Russie, de Pierre Boulez à de jeunes plasticiens, tels Fabrice Hyber et Claude Levêque. La mutation radicale que la Russie poursuit en ce début de nouveau siècle, de même que la

transformation de notre propre pays, invite à renouer aujourd’hui avec le rythme impétueux de ce premier

élan. Il revient aux générations apparues en l’espace de ces vingt dernières années de s’approprier la relation franco-russe et de bâtir ensemble son nouveau destin.

Aujourd’hui, alors que nos échanges connaissent un bel essor, par le biais notamment des flux croissants de visiteurs russes en France et du développement des investissements croisés de nos entreprises, le temps est venu d’actualiser et d’élargir la connaissance que nous avons chacun du pays partenaire. De celle-ci

dépendra en effet l’envie comme la capacité de la société française et de la société russe, de leurs forces vives et de leurs jeunesses, à contribuer ensemble à l’harmonie et à la prospérité ainsi qu’au dynamisme et à la créativité sur le sol de la grande Europe. Il est question avant tout de préparer l’avenir et c’est aux générations montantes, en France et en Russie, que seront dédiées en priorité l’Année de la France en Russie et l’Année de la Russie en France, programmées en 2010.

Ce grand rendez-vous est ouvert à tous les domaines où peuvent se développer encore les relations entre

Français et Russes, qu’il s’agisse tant de la création artistique et du dialogue culturel, au centre de cette première présentation, que du commerce et de l’industrie, de la recherche scientifique, des nouvelles technologies, de l’éducation ou du sport. C’est dire que nous comptons sur une large mobilisation des pouvoirs publics comme de la société civile dans les deux pays afin de mettre sur pied un projet global.

 

 II- Objectifs du projet national :

           1 - Enrichir la connaissance que nous avons chacun du pays partenaire :

 Qu’attendre de l’année 2010 ?

D’une part, un effet de valorisation et de reconnaissance du travail accompli par tous ceux qui font vivre la relation franco-russe. D’autre part, une concentration de moyens et d’énergie qui rendront possibles des projets de grande ampleur, telle l’exposition projetée par le Louvre avec les grands musées de Russie sur huit siècles d’art et d’histoire russe pratiquement absents des collections françaises. Retour nécessaire et fécond sur ce qui a constitué nos cultures et nos identités – notamment le legs des émigrés russes dans notre pays – et à partir de là, apprentissage et découverte de ce que celles-ci sont devenues aujourd’hui.

L’Année de la France en Russie verra se côtoyer, à titre d’exemple, des « fondamentaux » de notre patrimoine culturel, toujours habités par l’esprit de création, tels la Comédie-Française et le Ballet de l’Opéra de  Paris, et un festival réunissant quelques-unes des compagnies les plus inventives en matière d’arts de la rue, dans les villes riveraines de la Volga. L’art contemporain, le design, la photographie, l’architecture, la mode, le théâtre, la musique, la danse, le cinéma et la littérature seront au rendez-vous pour donner au public russe l’image la plus riche et la plus diverse de la vitalité de notre pays.

 2 - Permettre de nouvelles découvertes et rencontres :

 « France-Russie/Russie-France 2010 » est une invitation au voyage, où toutes les disciplines et tous les

registres pourront être conviés, célébration de la liberté de communiquer, de circuler et de créer, dont le retour

sur l’ensemble de notre continent avait été salué par le violoncelle de Rostropovitch sous le mur de Berlin.

Que ce projet puisse inspirer de part et d’autre des initiatives nouvelles élargissant le cercle des acteurs

de la relation franco-russe constitue en soi un objectif de notre programmation. Celle-ci se veut par conséquent ouverte à la plus grande diversité de partenaires (publics et privés, petits et grands) et à une forte implication des villes et des régions.

L’occasion est belle de faire des relations décentralisées une réalité plus tangible, constituée aussi bien de projets culturels, de séjours de jeunes, de coopération universitaire, ou de réalisations économiques. La variété des modalités d’intervention (commissariats d’exposition conjoints, résidences d’artistes, rencontres professionnelles, colloques, participations croisées à des manifestations nationales, échanges de jeunes…) est aussi destinée à démultiplier les occasions de rencontre et de coopération.

 3 - Favoriser des créations et des projets inscrits dans la durée :

 Une grande variété de manifestations, propres à séduire les publics les plus divers, à les instruire et à

susciter en eux le mouvement des sens et de l’esprit, voilà ce à quoi aspirent légitimement les programmateurs d’un projet comme le nôtre. Contrairement à une idée parfois reçue, une telle action n’est pas vouée à l’éphémère et au seul culte de l’événement. L’événement, lorsqu’il exprime la force d’une œuvre et d’une pensée, est fait pour marquer durablement nos mémoires : ne sommes-nous pas tous à garder vivantes les traces des émotions et des réflexions qu’ont éveillées en nous un concert, un film ou la présence sur scène d’un grand artiste ?

Nous entendons aussi que Français et Russes se saisissent de l’occasion qui leur sera donnée et des

moyens qui pourront être réunis à cet effet pour travailler et créer ensemble, en 2010 et au-delà. Plusieurs projets de création franco-russes sont d’ores et déjà lancés ou à l’étude, dans le domaine de la danse, de la musique, du théâtre et du cirque, parmi lesquels un nouveau ballet d’Angelin Preljocaj et un opéra tchékhovien de Philippe Fénelon. Puissent les exemples présentés dans ce premier livret susciter de nombreuses autres initiatives du même ordre.

Il nous reste à souhaiter que l’intérêt pour le rendez-vous de 2010, déjà manifeste dans le domaine de la

culture, s’étende aussi aux autres domaines de prédilection communs aux Français et aux Russes.

 « France-Russie/Russie-France 2010 » ne trouvera tout son sens qu’avec le concours actif de l’ensemble

des partenaires impliqués sur le terrain de l’initiative et de la création dans les deux pays. C’est à eux que nous présentons cette première ébauche, en espérant que leur soutien et leurs propositions nous permettront ensemble de transformer l’essai.